La composition en photo de paysage est un élément essentiel et je souhaite vous proposer un ensemble d’outils qui peuvent s’avérer utiles.

Je parle d’outils et non de règles. C’est une notion que j’aime bien et que j’ai empruntée à Mads Peter Iversen un excellent photographe de paysage Danois.

Une boîte à outils

Des outils, on les a à disposition, on pioche dedans pour s’en servir quand on en a besoin. On peut les assembler pour obtenir un résultat différent. Et puis, la notion de règle a quelque chose de trop rigide dont il ne faudrait pas déroger. Comme vous allez le voir à la fin de cet article, les règles sont faites pour parfois être oubliées.

La règle des tiers

C’est l’outil le plus connu en matière de composition en photo de paysage.

C’est une méthode simple à mettre en place et efficace. Il s’agit de diviser la scène à l’aide de deux lignes horizontales et deux lignes verticales. Les lignes sont appelées “lignes de force” et les points d’intersection sont appelés “points de force”.

On peut utiliser cette méthode pour placer notre sujet sur une des lignes. On pourra également placer une partie du sujet ou une partie de l’image sur un des points de force.

Dans cet exemple, j’ai placé le phare sur une ligne verticale et l’horizon pratiquement sur une ligne également.

J’ai utilisé la même méthode pour cette scène similaire mais en mode paysage cette fois-ci.

Dans cette image, j’ai placé la limite du champ sur la ligne de tiers inférieure et la grange à l’intersection avec la première ligne verticale.

J’ai utilisé le même principe dans cette image en plaçant l’aiguille sur une ligne verticale.

La règle des tiers permet d’obtenir des compositions harmonieuses et équilibrées. C’est une méthode efficace mais dont il faut parfois s’affranchir pour éviter d’obtenir des images trop semblables.

De plus, il arrive parfois que cette méthode produise des images déséquilibrées si on ne prend pas soin de faire attention à l’importance que prend le sujet dans l’image. Si ce sujet est isolé dans le paysage, le placer sur une des lignes de tiers va donner plus de poids sur un côté de l’image au détriment de l’autre côté. Dans une situation comme celle-ci, on peut alors utiliser une autre approche.

Centrer le sujet et composer au format carré

Lorsqu’on a sujet fort dans notre scène, pourquoi ne pas tout simplement le mettre en plein centre ?

Reprenons notre dernier exemple. Dans cette deuxième version, j’ai recadré l’image pour que le sujet se trouve au centre. en centrant le sujet, celui-ci est évident. De plus sur ce type de scène, on montre autant le sujet que son environnement.

Dans cette image, le sujet c’est l’arbre mais c’est surtout le contraste entre les zones éclairées et celles dans l’ombre.

Dans cet autre exemple, l’arbre est mis en valeur par sa position au centre de l’image mais ce qui renforce sa présence dans la scène, c’est son environnement. Les autres arbres à droite et à gauche apportent de l’équilibre. L’espace entre eux et le chêne met ce dernier plus en valeur.

Un composition centrée permet également de jouer avec les lignes de fuite et peut aussi être utilisée pour donner une sensation d’isolement.

Centrer le sujet va apporter de l’équilibre mais si on veut ajouter une touche plus harmonieuse, le format carré est l’allié idéal. Je trouve que ce format est apaisant.

Il permet de jouer sur la géométrie et la symétrie.

Cadre dans le cadre

Voici un outil qui donne de bons résultats dans les images : utiliser des éléments présents dans la scène pour créer un cadre dans le cadre. Ceci va permette de mettre en valeur le sujet, d’apporter une touche d’originalité.

Dans cette photo, j’ai utilisé les arbres à droite et à gauche pour mettre en valeur le sentier.

J’ai utilisé le même principe dans cette scène où les arbres à droite et à gauche, ainsi que la fougère en bas encadrent la trouée dans la forêt.

Dans cette photo, j’ai utilisé le même principe mais en jouant en plus sur le contraste entre les zones claires et sombres.

Ceci permet de guider le regard du spectateur dans la scène. Ce qui nous amène directement au point suivant.

Lignes directrices

Dans notre boîte à outils de composition en photo de paysage, on va trouver l’utilisation de lignes pour guider le regard du spectateur. Ceci va être utile soit pour l’amener vers le sujet soit pour lui faire parcourir l’image.

Dans cette image, les trois arbres guident le regard de la gauche vers la droite et permettent au regard de parcourir l’ensemble de la scène.

Ici, les volutes sur l’eau nous amènent à parcourir également toute la scène.

Dans cette autre photo, les traces dans le champ guident vers la clôture qui va ensuite permettre au regard de découvrir le reste du paysage.

Ici, le regard est d’abord attiré par la ligne claire de l’eau. Puis il suit cette ligne pour parcourir toute l’image du bas vers le haut.

Dans cette scène, la ligne créée par la séparation entre les deux blocs de craie guident le regard vers la silhouette plus loin dans l’image.

Comme vous avez pu le voir, l’utilisation de lignes directrices va avoir un impact non négligeable sur la force d’une image.

Mais ça n’est pas tout. Deux autres outils sont également à notre disposition.

La répétition

Voici un autre outil qui va permettre de structurer une image. Des éléments qui se répètent dans une image vont apporter du rythme mais aussi une impression d’équilibre et d’harmonie. Ceci sera plus prononcé si on prend soin d’avoir trois éléments qui se répètent dans une image. Pourquoi 3 ?

Parce que 2, va faire rebondir le regard entre ces deux éléments et l’enfermer dans une petite partie de l’image. 3 éléments vont permettre au regard de passer de l’un à l’autre.

Dans cette photo, le regard passe d’une rocher à l’autre et parcourt l’ensemble de la scène.

Si on introduit trop d’éléments similaires dans une scène, on risque de se perdre à l’intérieur. Ici, la scène aurait été plus intéressante et plus construite s’il y avait eu moins de rochers.

Il peut arriver que lorsque quelque chose se répète un grand nombre de fois dans une image, on obtienne un motif qui peut s’avérer intéressant. Comme dans cette photo où les arbres aux troncs semblables et les lignes sur le champ créent deux motifs complémentaires qui apportent une touche d’originalité à cette image.

Pour finir sur ce sujet, voici un exemple avec une répétition supérieure à trois mais qui n’apporte pas pour autant de désordre dans l’image.

Ceci est dû au fait que ces rochers sont en nombre impaire. Nous avons deux rochers au premier plan et deux autres en arrière plan. Celui du milieu crée un lien entre les deux.

J’ai fait une version de cette cette photo avec seulement 4 rochers. Ceci crée deux groupes de deux sans lien entre chaque.

Le désordre, c'est bien aussi

Depuis le début de cet article, je parle d’ordre, de structure, de guides, de lignes de règles…

Mais a-t’on toujours besoin de donner de l’ordre ? Il peut également y avoir une notion de désordre dans une image qui fait que le regard s’éparpille, se perd et rebondi.

On peut ainsi créer des images un peu abstraites mais qui pourront s’avérer tout aussi intéressantes.

Pratiquer

Connaître l’existence de ces outils de composition en photo de paysage c’est bien mais il faut s’en servir. Pour cela, lors de vos prochaines sorties, prenez des séries de photos faisant appel à une technique particulière à chaque fois. Puis, commencez à les mélanger. En pratiquant ainsi vous verrez que vous finirez par utiliser ces outils sans même y penser.

Si vous avez besoin d’aide pour préparer vos sorties, je vous propose cet article.

Retrouvez cet article au format vidéo.

Si cette vidéo vous a plu, vous pouvez en retrouver beaucoup d’autres sur ma chaîne.

Cette boîte à outils n’est peut-être pas complète, si j’ai oublié quelque chose, faites m’en part dans les commentaires.